You are here: Home // Non classé // Pour l’amélioration des conditions de travail et la reconnaissance de la pénibilité

Pour l’amélioration des conditions de travail et la reconnaissance de la pénibilité

{{Pour une prévention efficace des risques professionnels}}

Les salariés sont confrontés à différents risques professionnels dans les entreprises : travail de nuit ou en horaires alternants, à la chaîne ou en cadences imposées, au port de charges lourdes avec des contraintes posturales et articulaires, à l’exposition à des températures excessives (chaud ou froid), au cumul de contraintes (intempéries, bruit, pénibilités physiques…) ou à l’exposition à des produits dangereux…
Ces situations de travail entraînent une « double peine » pour ces salariés : plus d’années d’incapacités au cours d’une vie plus courte…
Cette violence faite aux femmes et aux hommes au travail est inacceptable, certains décèdent prématurément.

{{Des transformations profondes du travail doivent être opérées}}

Une politique de santé au travail ambitieuse et de prévention des risques doit être mise en œuvre. La prévention y compris des risques psychosociaux doit s’accompagner de plus de démocratie dans l’entreprise. L’organisation du travail doit être repensée. Elle doit favoriser des relations de travail, de coopérations plus que de compétition et de domination.

{{Pour un dispositif de réparation}}

Un dispositif de reconnaissance de la pénibilité doit permettre aux salarié(e)s ayant été exposé(e) à des conditions de travail de nature à entraîner une usure prématurée et irréversible de la santé, de bénéficier d’une retraite d’une durée équivalente aux autres salarié(e)s en pleine santé.


{{Vérité sur la pénibilité et la dangerosité}}

Les études et statistiques
montrent :
-* L’inégalité de l’espérance de vie
des catégories professionnelles
augmente,
-* La sortie anticipée du travail
augmente : près d’un million
de salarié(e)s de la population
active de 50 à 60 ans, n’a plus
d’activité,
-* Le nombre d’allocataires pour
invalidité a explosé dans certains
secteurs, par exemple dans la
construction ;
-* Les maladies professionnelles
augmentent fortement, et si les
accidents du travail diminuent
leur gravité augmente……
-* Un ouvrier a 3 à 4 fois plus de
risques d’avoir un cancer qu’une
personne de profession libérale.
-* L’épidémie de troublesmusculaux-
squelettiques (TMS)
frappe en majorité les femmes
soumises à des rythmes plus
intenses.

La comparaison avec
d’autres pays européens
révèle qu’il est possible
d’améliorer le système
de prévention dans notre
pays, la santé des salariés
et par conséquent la
situation financière de la
Sécurité Sociale.
{{
Gagner une prévention de qualité
représente un enjeu pour bien
vivre durant sa vie professionnelle
et bien vieillir.}}

Source Dares

Article original

Leave a Reply

Copyright © 2009 La CGT du Rhône. All rights reserved.
Designed by Theme Junkie. Powered by WordPress.