You are here: Home // Non classé // BRÉVENNE, GARDONS LA LIGNE !

BRÉVENNE, GARDONS LA LIGNE !

JEUDI 3 DÉCEMBRE 2020 RÉOUVERTURE SYMBOLIQUE DE LA LIGNE DE LA BRÉVENNE
RDV EN GARE DE COURZIEU 69690 A 11H . CONFÉRENCE DE PRESSE A 12H

Communiqué de Presse CGT Cheminot Région de Lyon et du Collectif vallée Brévenne

Le 23 novembre 2020.

La fermeture de la ligne Sain-Bel – Courzieu-Brussieu (dite « ligne de la Brévenne ») est une hérésie. Elle est la conséquence directe d’années de désintérêt de l’État, propriétaire des infrastructures, vis-à-vis du réseau capillaire, c’est-à-dire dire des lignes qui irriguent finement le territoire.

Malgré cette indifférence, cette partie du réseau ferroviaire français permet d’acheminer des volumes conséquents de marchandises et ainsi délester le réseau routier de milliers de poids-lourds tout en offrant une alternative crédible et efficace en termes environnemental et sanitaire en diminuant respectivement l’émission de gaz à effet de serre et la pollution de l’air.

Dans un passé récent, au niveau national, des dizaines de lignes capillaires ont baissé pavillon, non pas par manque de trafic mais à cause de l’état de leur infrastructure.! C’est un patrimoine considérable qui permettrait aujourd’hui de répondre aux besoins de transport des marchandises et des voyageurs.

La récente réforme ferroviaire de 2018 – combattue par la CGT – n’apporte aucune solution, bien au contraire : déconstruisant pas à pas la SNCF, la cohérence du système ferroviaire français est mis à mal.

Les logiques de service public et d’aménagement du territoire disparaissent pour faire la place à une vision uniquement comptable et inadaptée aux besoins des territoires et de ses habitants.

Cette vallée doit être préservée pour le bien-être de ses habitants mais aussi parce qu’elle révèle un potentielle remarquable de développement pour le tourisme rural aux portes de la métropole lyonnaise.

Le tracé de la ligne ferroviaire et son histoire en témoigne. Il serait regrettable de détruire cet héritage alors qu’il pourrait répondre aux besoins urgent d’une mobilité décarbonée et sécurisée.

Pour la Fédération CGT des cheminots, il ne faut pas opposer les trafics fret et voyageurs ; bien au contraire, en les superposant, la pertinence économique d’un investissement est bien meilleure.

Nous proposons d’étudier avec les responsables et les élus locaux :
– Un renouvellement complet de la ligne, sur l’ensemble de son linéaire, c’est-à-dire jusqu’à Sainte-Foy-L’Argentière ;
– L’électrification de la ligne et la pose d’équipements de signalisation moderne permettant de prolonger le tram-train au-delà de Sain-Bel ;
– Des points d’arrêt sur le parcours en tenant compte d’anciennes gares déjà existantes (la présence humaine pour l’information, la vente et la sécurité, est fortement conseillée pour la qualité du service aux voyageurs)
– la mise en place de parkings relais et de possibles rabattement avec des lignes d’autocars adaptées aux besoins des communes des Monts du Lyonnais. Ces gares sont actuellement situées à Bessenay (la Brévenne), Courzieu-Brussieu (la Giraudière) et Sainte-Foy-L’Argentière.

Ces mesures permettraient :
• Le maintien de la desserte des carrières de la vallée de la Brévenne. Elle permettrait aussi de desservir la tuilerie de Sainte-Foy-l’Argentière et d’offrir de nouvelles perspectives sur le transport de marchandises aux entreprises locales actuelles et futures.
• Offrir une alternative à l’automobile grâce au train, avec une liaison directe sur Lyon, directement connecté au réseau TCL ;
• Diminuer sensiblement la circulation sur la RD389, de faire baisser les nuisances directement liées à cet axe routier afin de répondre de façon pérenne à la traversée de Sain-Bel et de L’Arbresle.
L’État doit assumer son rôle de propriétaire des infrastructures ferroviaires en maintenant à niveau celles-ci.

 

comment closed

Copyright © 2009 La CGT du Rhône. All rights reserved.
Designed by Theme Junkie. Powered by WordPress.